Salut à toutes et à tous ! Aujourd’hui, nous allons discuter d’une thématique cruciale : la santé sexuelle et reproductive des adolescent-e-s et jeunes. J’ai eu le plaisir d’interroger deux jeunes très sympathiques, une fille et un garçon, afin de comprendre leur perception de ce sujet. À travers ce billet de blog, découvrons ensemble ce que signifie la santé sexuelle et reproductive pour eux, l’accessibilité des informations à leur égard, leur volonté de discuter avec des adultes, et les défis qu’ils identifient. Réfléchissons également à la manière dont l’école et d’autres actions pourraient mieux les soutenir.

La première personne avec qui j’ai échangé est Naima GO, une jeune femme de 20 ans. Pour elle, la santé sexuelle et reproductive englobe toutes les informations et services qui aident les jeunes à accéder à des soins adaptés à leurs besoins, leur permettant de prendre des décisions éclairées et responsables.

Interrogée sur l’accessibilité des informations, Naima partage : “Oui, les informations sur la santé sexuelle et reproductive sont accessibles pour les jeunes de mon âge grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. On trouve partout des informations sur le sujet, mais la compréhension n’est pas toujours au rendez-vous, car ce qu’ils trouvent sur le net n’est pas forcément destiné à leur âge, ou les explications ne sont pas vraiment claires comparées au fait d’être devant une personne maîtrisant le sujet qui l’explique. Du coup, la compréhension n’est pas effective.”

En ce qui concerne la discussion avec des professionnels de santé ou les parents, elle confie : “Oui, j’ai déjà ressenti le besoin d’en parler avec un professionnel de santé afin d’avoir des informations précises et fiables sur certains points et aussi des conseils. À un parent, j’ai déjà ressenti ce besoin, mais je n’en ai jamais eu le courage, car ce ne sont pas des sujets dont on peut facilement discuter avec un parent, car ça fait ‘’bizarre’’ vu que ce n’est pas une habitude.”

Selon Naima, les jeunes font face à des défis tels que le manque d’éducation complète à la sexualité, le manque d’infrastructures adaptées, les normes sociales et les mariages précoces. Pour améliorer l’éducation à la santé sexuelle, Naima suggère des campagnes de sensibilisation à l’école et l’implication des parents et de la communauté. Elle ajoute : “Créons des espaces où les jeunes peuvent parler librement et obtenir des conseils.”

Le deuxième jeune avec qui j’ai discuté est Leonard KAFANDO, il est étudiant en 1ere année de communication pour le développement et est âgé de 24 ans. Il estime que la santé sexuelle et reproductive, en tant que jeune, signifie être bien informé pour prendre des décisions éclairées. Pour lui, les informations ne sont pas toujours faciles à trouver à cause de la crise sécuritaire, notamment pour les jeunes de son âge. Leonard a ressenti le besoin de parler à un professionnel de la santé car c’est plus facile d’obtenir des réponses et des conseils. Concernant les défis, il mentionne l’insuffisance dans l’accès aux informations, la pression sociale et le manque de communication avec les parents. Leonard propose une éducation plus inclusive, abordant le consentement, les relations saines, ainsi que des informations pratiques sur la contraception et les infections sexuellement transmissibles.

Il a conclu en disant ceci : “Pour mieux répondre aux besoins des jeunes, l’éducation à la santé sexuelle devrait être plus inclusive, abordant des sujets tels que le consentement, les relations saines et fournissant des informations pratiques sur la contraception et les infections sexuellement transmissibles. Il serait également important d’avoir des professionnels de la santé qualifiés et disponibles pour répondre aux questions des jeunes, sans oublier la bonne utilisation des réseaux sociaux qui, grâce aux campagnes digitales, peuvent faciliter l’accès dans les zones reculées où l’insécurité entrave l’accès.”

Grâce à notre billet de blog, nous avons découvert ensemble l’importance de la santé sexuelle et reproductive pour les jeunes. Nous avons entendu les pensées sincères de Naima et de Leonard sur les informations, les défis, et comment améliorer l’accès des services en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescent-e-s et jeunes. Il est clair que parler de ce sujet n’est pas toujours facile, mais cela est essentiel. Naima nous rappelle d’orienter les actions sur les jeunes à travers des informations claires, concises et précises.

Leonard souligne l’importance d’une éducation inclusive, abordant toute les questions en la matière.

Alors, continuons à discuter, à encourager et à soutenir les jeunes. Assurons-nous que les informations soient claires, accessibles, et que les jeunes se sentent à l’aise d’en parler. Ensemble, créons un environnement où chacun peut prendre des décisions éclairées pour sa santé et son bien-être.

#TiemtoreFarida #lesheroinesdufaso #DSSR #SSRAJ #SanteSexuelleEtReproductive


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *