Selon l’UNICEF, 200 millions de filles et de femmes ont subi une forme de mutilation génitale dans le monde. Les mutilations génitales féminines sont une violation des droits humains des jeunes filles et femmes. Il existe (04) types de Mutilations Génitales Féminines, la plus fréquente est l’excision, une pratique qui consiste à l’ablation totale ou partielle des organes génitaux de la femme. Au Burkina Faso, selon une étude publiée en Janvier 2018 par le Centre de développement de l’OCDE, 63% des filles et femmes ont été victimes d’excision sur toute l’étendue du territoire.

C’est dans cette dynamique que Les Héroïnes du Faso ont réalisé dans le mois de Septembre 2020 ce documentaire ” Les Mutilations Génitales Féminines: une féminité interdite” pour sensibiliser mais surtout promouvoir l’abandon de la pratique en Afrique en général et au Burkina Faso en particulier.

A travers ce documentaire, nous montrons les conséquences désastreuses de la pratique des Mutilations Génitales Féminines sur la vie des jeunes filles et femmes au Burkina Faso.

  • Des témoignages de Prunelle et Aicha, toutes deux victimes de cette pratique dès leurs bas âges.
  • La restauration des séquelles de l’excision avec le Professeur Michel AKOTIONGA
  • Le combat acharné de Roukiatou dans la lutte contre l’excision après avoir été excisé à l’âge de 12 ans.
  • L’impact de la maladie à coronavirus sur les activités de l’Association SOS JEUNESSE ET DEFIS, une association qui oeuvre pour l’abandon des Mutilations Génitales Féminines.

Il n’y à aucun avantage pour une fille d’être excisée, c’est pourquoi les Héroines du Faso s’engagent à informer, sensibiliser, dénoncer pour bouter les Mutilations Génitales Féminines hors du Burkina Faso avant 2030.

#StopMGF

Les Héroïnes du Faso, parce que chaque femme est une héroïne.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *